degg
degcoing
m1m2m3m4m5m6m7

AccEd

pxbleu Association pour l'accès à l'éducation et à la formation

cg

deg

cd

EPE
GRAIM
La Lumière
PROMESS
Doria
Mali
AJA-Mali
Nègè Blon
Femme de demain
IFD
Songui
CGGA

Projets clos

Bénin - Vie et réinsertion

Scolarisation, formation et insertion socioprofessionnelle des Orphelins et Enfants Vulnérables (OEV) dans les départements de l'Ouémé et Plateau, à Porto Novo.

Contexte

Au Bénin, ce sont plus de 62'000 enfants, âgés de 1 à 17 ans, qui sont orphelins du sida. Parmi eux environ les ¾ des personnes vivent avec la maladie. Cette situation qui ne cesse de s'aggraver  dans un pays si pauvre, entraîne les conséquences suivantes: comme les parents malades ne peuvent plus travailler, les enfants sont forcés de «débrouiller» pour gagner de l'argent pour survenir aux besoins de la famille; ne vont plus à l'école; et sont exposés à toutes les formes de mauvais traitements et à tous les risques.

A ces orphelins du sida, s'ajoutent d'autres enfants vulnérables : ceux de la traite, de la rue, apprentis, handicapés et mendiants. Hormis les services du Ministère de la Famille et de l'Enfant qui arrivent à peine à couvrir leurs besoins, ces enfants vulnérables sont pris en charge par les mouvements associatifs.

Objectifs du projet

Afin de contribuer au programme béninois de lutte contre le sida et la pauvreté, l'ONG ''Vie et Réinsertion'' a conçu une stratégie de prise en charge des OEV de l'Ouémé et Plateau, à Porto Novo au Bénin. A travers cette stratégie, ''Vie et  Réinsertion'' a pu soutenir 171 orphelins et enfants vulnérables (OEV) dans ces deux départements en 2003-2007.

Pour la période 2008-09, ''Vie et  Réinsertion'' veut renforcer son programme d'insertion socioprofessionnelle et économique des OEV, en partenariat avec AccEd.

Activités prévues en  2008-2009

  • Négociations sociales avec les parents des  OEV, les autorités locales et les leaders pour obtenir leur adhésion au programme
  • Prise en charge de la scolarité pour 32 OEV âgés de 5 à 18 ans
  • Formations professionnelles et apprentissages pour 68 OEV âgés de 19 à 30 ans dans la menuiserie bois et aluminium, la mécanique et la peinture auto
  • Alphabétisation en langues nationales et en français pour les OEV en rupture de scolarité ou non scolarisés
  • Formation en informatique pour tous les OEV maîtrisant le français
  • Développement d'activités génératrices de revenus pour 75 familles d'accueil
  • Sensibilisation et plaidoyer pour la convention internationale des droits de l'Enfant et lutte contre la propagation du sida.

Budget 2008-2009

Coût total du projet: 316'773 Frs
Financement: le projet a bénéficié du soutien de la FGC (www.fgc.ch).

Mali - Formation NTIC

Projet de formation et d'insertion professionnelle des jeunes dans les TIC

Partenaire

AccEd Genève et AJA-Mali.

Zone d’intervention

Bamako, République du Mali.

Contexte

Depuis quelques années, les technologies de l’information et de la communication (TIC) se vulgarisent au Mali et l'alternative d'utilisation des logiciels libres atteint de plus en plus un niveau de crédibilité honorable. Ces technologies ne nécessitent pas un niveau de formation théorique élevée pour se les « approprier ». A travers la formation professionnelle des jeunes, le développement de compétences en matière d’utilisation, d'installation et de maintenance des systèmes d'exploitation et des réseaux, AJA compte contribuer à la politique nationale des TIC par le renforcement des capacités pour une meilleure appropriation des TIC et la création d’emploi dans ce secteur qui est porteur au Mali.

Objectifs du projet 2011-2012

  • Initier 130 jeunes âgés de 10 à 25 ans à l'utilisation des technologies de l'information. Les formations d’AJA-Mali comportent en outre des modules d’alphabétisation et de gestion (comptabilité, marketing)
  • Former 40 techniciens, âgés de 18 à 25 ans, à la fourniture de services dédiés aux petites organisations de développement et aux entreprises locales.

Résultats escomptés

  • 130 jeunes seront initiés à l'utilisation des technologies de l'information et pourront trouver un emploi
  • 40 jeunes techniciens formés en technologies de l'information par année, bénéficiant d'un kit de base, créeront leur entreprise ou pourront trouver un emploi à la fin de la formation
  • 6 formateurs d’AJA-Mali ainsi que 20 jeunes par année participeront aux publications sur la plate-forme internet
  • Des offres d’emploi et des témoignages d'autres jeunes dont la situation professionnelle s’est améliorée seront disponibles sur la plate-forme

Mali - AJA-Mali (urbain)

Projet de formation et d'insertion professionnelle pour jeunes futurs micro-entrepreneurs

Partenaire

AJA-Mali (Association Jeunesse Action)

Zone d’intervention

Commune de Daoudabougou, Bamako, République du Mali

Contexte

50,4% de la population malienne vit en dessous du seuil international de pauvreté (1,25$/jour). À Daoudabougou, les gens venus généralement des zones rurales et n’étant souvent pas qualifiés, exercent de petits métiers dans le secteur informel en tant qu’artisans, ouvriers ou domestiques. C’est ainsi qu’ils assurent leur survie et gagnent un salaire qui oscille en moyenne entre 30 CHF et 65 CHF. Dans ce contexte global de paupérisation, l’éducation des enfants est reléguée au second plan. En raison de la pauvreté des parents, le peu de ressources acquises est consacré aux questions vitales (nourriture, logement, santé) qui n’incluent pas la scolarisation des enfants, perçue comme un privilège. Trois enfants sur cinq ne sont pas scolarisés à l’école formelle et voient leur avenir hypothéqué lourdement. Plus tard, la plupart de ces jeunes devrait exercer des emplois subalternes si aucune chance de formation et d’insertion professionnelle ne leur est offerte. Dans un tel contexte, les familles cherchent à «rentabiliser» l’enfant. Au lieu d’aller à l’école, il est envoyé chez un artisan pour apprendre un métier et ramener un peu d’argent à la maison, ou souvent il s’active aux bords des grandes artères de Bamako pour exercer un petit commerce. Ces pratiques, qui livrent les enfants à eux-mêmes, les rendent vulnérables aux trafics et exploitations qui les plongent dans une déchéance psychosociale préjudiciable à leur évolution.

Présentation du partenaire

L'Association Jeunesse Action (AJA-Mali) est une ONG malienne intervenant à Bamako, dont la mission est de contribuer à l'insertion socio-économique des jeunes et des enfants en situation difficile grâce à l'accompagnement scolaire, la formation professionnelle et la  promotion de l'emploi et la formation. AJA-Mali collabore avec AccEd depuis 2007, partenariat qui a déjà fait l'objet de trois phases de 2 ans chacune (FGC 05-45, FGC 09-06, FGC 12-04).

Impacts de la dernière phase (FGC 12-04)

  • 100 enfants démunis de 9 à 16 ans (dont 60% de jeunes filles et 40% de jeunes garçons, 50 enfants non scolarisés et 50 enfants déscolarisés précoces) ont fait l'objet d'accompagnement scolaire, d'alphabétisation et d'initiation à un métier.
  • 160 jeunes âgés de 18 à 25 ans ont été formés dans les métiers de la couture, de la restauration, de l’énergie solaire, de la menuiserie bois et de la menuiserie métallique.
  • A l'issue de la formation, les 160 jeunes organisés en 32 groupes d’activité ont bénéficié d’appuis à l’insertion qui leur ont permis de démarrer leur entreprise (accès au microcrédit, appui à l’accomplissement de formalités juridiques et administratives, appui à l’acquisition de biens d’équipements).
  • Les formations délivrées par AJA-Mali sont certifiées par la Direction Nationale de la Formation Professionnelle.
  • AJA Mali a entamé la diversification de ses partenariats et participe à hauteur de 15% du présent projet.
Cette phase a fait l'objet d'une évaluation externe qui confère à AJA-Mali un rôle d'acteur stratégique expérimenté au service de la promotion socioéconomique de la jeunesse dans le district de Daoudabougou. L'évaluation recommande également la systématisation du suivi des jeunes formés et la mise en place d'un dispositif d'appui après l'installation des jeunes diplômés.

Bénéficiaires du projet

Les bénéficiaires du projet de formation et d'insertion des jeunes sont au nombre de 150  (dont 50% de jeunes filles et 50% de jeunes garçons), issus des deux groupes suivants:

  • 71 jeunes finalistes du CED de Daoudabougou, issus du «Projet intégré de formations préprofessionnelle et professionnelle» (FGC 12-04);
  • 79 jeunes ressortissants de la commune V du District de Bamako, sélectionnés selon des critères bien définis.

Objectifs du projet 2015-2017

  • Offrir à 150 jeunes de 18 à 25 ans du District de Bamako des compétences qualificatives dans les métiers de l'artisanat, de l'aviculture et des TIC
  • Offrir à ces jeunes des compétences entrepreneuriales 
  • Appuyer et faciliter l’insertion économique de ces jeunes dans des activités de l’artisanat, de l'aviculture et des TICS, en les aidant à concrétiser leurs perspectives d’auto-emploi.

Activités prévues par le projet

  • Constitution de groupes d’activités professionnels: couture, restauration, aviculture, technologie de l'information et de la communication
  • Mise en œuvre des formations professionnelles
  • Formation en gestion, marketing et comptabilité
  • Appui à l’insertion des jeunes 
  • Renforcement du fonds d’insertion des jeunes pour des prêts destinés à l’établissement de micro-entreprises
  • Appuis organisationnels/accompagnements aux groupes de jeunes.

Résultats attendus par le projet

  • Les jeunes ressortissants de Daoudabougou, bénéficiaires du projet, ont acquis une qualification professionnelle dans l’un des métiers prévus par le projet (couture, restauration, aviculture ou TICS).
  • Les jeunes ressortissants de Daoudabougou ont acquis des compétences de base en culture entrepreneuriale.
  • À l’issue de leur formation professionnelle, les jeunes ressortissants de Daoudabougou ont été insérés dans des secteurs d’activités artisanaux (couture, restauration), en aviculture ou en TICS.
  • Une synergie de réflexion et d'actions existe entre AJA-Mali et différents partenaires publics et des organisations professionnelles (Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Assemblée Permanente des Chambres des Métiers, Fédération Nationale des Artisans du Mali, Collectivités Territoriales, ONG d'appui à la formation professionnelle et à l'emploi) en matière de suivi du projet.

Togo - ASDEB programme III

Soutien à l’éducation et à la formation professionnelle pour enfants orphelins de parents victimes du sida, 1er juillet 2011 - 30 juin 2013

Contexte

Aujourd’hui, l’ONUSIDA estime qu’il y a entre 55'000 et 65'000 personnes vivant avec le sida au Togo. Le nombre d’orphelins et d’enfants vulnérables (OEV) est quant à lui estimé à 60'000-75'000, mais très peu de ces OEV reçoivent un soutien de l’Etat.

Partenaire

Le projet est mis en œuvre par l’ONG locale d’appui au développement «Action solidaire pour un développement entretenu à la base» (ASDEB). Créée en 1996, ASDEB est dirigée par un assistant social de métier. L’équipe est composée de neuf personnes de compétences variées (sociologie, psychosociologie, psychopédagogie, assistance sociale, santé et informatique de gestion).

Bénéficiaires du projet

  • 500 OEV pour la formation scolaire (435 de la phase précédente et 65 nouveaux inscrits)
  • 100 OEV pour la formation professionnelle
  • 200 personnes vivant avec le sida
  • 1000 femmes, membres des familles d’accueil bénéficiaires du programme.

Objectifs du projet

  • Soutien à la formation scolaire et professionnelle des OEV
  • Intégration sociale, professionnelle et économique des OEV et des familles et personnes infectées
  • Prévention et lutte contre le trafic et l’exploitation des OEV
  • Promotion du programme national de lutte contre le sida et la pauvreté au Togo.

Activités prévues

  • Identification et recensement de nouveaux OEV pour la formation scolaire et professionnelle
    Prise en charge familiale, médicale et nutritionnelle des OEV en cours de formation scolaire ou professionnelle
  • Soutien à la formation scolaire des 500 OEV de la phase précédente
  • Soutien à la formation professionnelle de 100 OEV
  • Réinsertion socioprofessionnelle de 50 OEV ayant obtenu leur diplôme de fin d’apprentissage en vue de leur autonomisation économique.

Résultats escomptés

  • 500 OEV bénéficient du soutien scolaire et continuent leur formation professionnelle de façon soutenue
  • 50 OEV sont identifiés pour la formation professionnelle
  • 50 OEV ayant obtenu leur diplôme de formation bénéficient d’un appui à la création de leur propre atelier de formation professionnelle dans les métiers suivants : couture, maçonnerie, imprimerie, électricité, mécanique auto, soudure et menuiserie.

Colombie - Mascarada

Promotion d'une éducation de qualité pour enfants afro-colombiens et appui à la formation intégrale des enfants et de leurs familles

Partenaire

Corporation artistique et culturelle Mascarada.

Zone d’intervention

District de Bosa, à l’est de Bogotá.

Contexte

Le projet se développe à Bosa, quartier périphérique de Bogotá qui abrite une population mixte (blancs, métis, afros, indiens), déplacée par la violence et à la recherche de meilleures opportunités de vie. Parmi ces personnes défavorisées, les afro-colombiens sont les plus pauvres. Mascarada est active dans le quartier de Bosa depuis 1996 dans la mise en œuvre des projets communaux; à travers un programme d’appui scolaire pour les enfants et de formation entrepreneuriale pour les familles, l’association veut contribuer à rendre visible la population afro-colombienne en lui donnant les moyens de participer, en tant que citoyens colombiens à part entière, à la vie locale.

Impacts des phases précédentes

Le partenariat entre AccEd et Mascarada date de 2006. Il s’est matérialisé par une dynamique d’échanges d’informations, de savoirs et d’expériences, permettant de mesurer la cohérence et la pertinence du modèle d’intervention de Mascarada qui a pu mettre en œuvre, à travers une approche pédagogique, culturelle, sociale et artistique, les activités suivantes:

  • Le Centre d'intérêt «Terre des Enfants», qui met en œuvre un projet psychopédagogique pour 50 enfants d’un niveau socio-économique très précaire à Bosa.
  • L’école de formation pour enfants, jeunes et adultes dans les beaux-arts, le théâtre et la littérature; cette école abrite son propre groupe de théâtre professionnel, qui a déjà 14 ans de vie et compte sur la reconnaissance locale, du district et du national.
  • Promotion de l'intégration et de la formation des différents acteurs sociaux de Bosa à Bogotá.

Activités prévues 2011-2013

  • Appui scolaire et pédagogique, développement des aspects cognitifs et artistiques pour 60 enfants afro-colombiens
  • Formation entrepreneuriale et création de micro-entreprises pour 30 familles afro-colombiennes
  • Sensibilisation, formation à la citoyenneté et au genre.

Résultats escomptés 2011-2013

  • Amélioration du niveau scolaire des enfants
  • Amélioration des revenus des familles et auto-prise en charge des enfants
  • Amélioration des rapports mères-pères/enfants
  • Participation active des parents dans un cadre d’appropriation de leur citoyenneté
  • Familles afro-colombiennes conscientes de leurs droits et participant activement à la vie de la communauté locale.

Colombie - Creciendo Unidos

Participation et leadership comme forme de résistance pour la transformation sociale et la dignité de la vie

Partenaire

Fondation Creciendo Unidos (FCU).

Zone d’intervention

Quartiers de Villa Javier et de San Martín de Loba, localité de San Cristobal, au sud de Bogotá.

Contexte

A travers un programme de formation et d’accompagnement, la FCU appuie les enfants et les filles en particulier dans l’éducation, la formation socioprofessionnelle et le développement d'initiatives productives à caractère alternatif et communautaire.

Impacts des phases précédentes: 2004-2009

Le partenariat AccEd/FCU a permis à plus de 300 enfants de 9 à 15 ans et à des mères de famille de bénéficier des différents volets du projet (rattrapage scolaire; formation en maintenance informatique, couture, boulangerie; formations en droits humains). Les produits fabriqués par les bénéficiaires dans les ateliers de la FCU sont commercialisés à travers une entreprise d’économie solidaire qui a affiché des bénéfices positifs en 2008 et en 2009. Tous ces résultats ont concouru à la création d’alternatives éducatives et de formation professionnelle pour les enfants et les femmes cheffes de familles, qui ont pu améliorer leurs revenus et leur qualité de vie.

Objectifs du projet 2010-2012

Pour consolider ces acquis, la FCU compte, pendant la phase 2010-2012, consolider les objectifs suivants:

  • Mise en œuvre des processus de qualification avec les enfants, jeunes et femmes de la localité
  • Commercialisation alternative des produits de la FCU
  • Développement de processus d’organisation, de résistance communautaire et d’incidence politique
    Renforcement institutionnel de la FCU.

Résultats escomptés

  • Des enfants, des jeunes et des femmes ont acquis des outils pour la participation et le leadership au niveau local
  • Le magasin de produits artisanaux équitables est consolidé et reconnu
  • Le fonds de roulement appuie les initiatives productives et la création des micro-entreprises
  • Enfants, jeunes et femmes sont organisés et articulés dans des réseaux sociaux au niveau local et du district
  • La FCU est reconnue dans l'espace local, au niveau du district et de Bogotá.

Colombie - Fundap Apoyar

Projet de formation pour jeunes travailleurs (hommes et femmes) dans le secteur informel et promotion d’entreprises familiales.

Partenaire

Fundap Apoyar

Zone d’intervention

Localités d’Usme, de Ciudad Bolivar, de San Cristobal et de Rafael Uribe, dans les quartiers défavorisés au sud de Bogotá.

Contexte

Les jeunes Colombiens ont un niveau de vulnérabilité très élevé face aux risques sociaux tels que la délinquance, le banditisme, la violence intrafamiliale et sociale, la vente ou la consommation de drogues, les grossesses précoces, notamment. AccEd soutient la Fondation Apoyar qui lutte contre ces risques en offrant des formations professionnelles à ces jeunes.

Impacts de la phase précédente

Plus de 350 jeunes, hommes et femmes ont eu accès direct aux différentes composantes du projet:

  • 86 jeunes ont reçu une formation technique et 25 parmi eux ont terminé la qualification dans divers métiers (maintenance informatique, comptabilité, techniques de commercialisation, etc.).
  • Création de 16 micro-entreprises: 10 sont des entreprises individuelles et les 6 se sont transformées en une coopérative de commercialisation de légumes.
  • Développement de la culture de l’épargne, de l’investissement et du remboursement chez les jeunes.
  • Création d’espaces de réflexion qui visent à ce que les jeunes assument des responsabilités dans les communautés dans lesquelles ils sont insérés et la reconstruction de leur propre tissu social.

Objectifs du projet

Apoyar compte, en 2010-2012, renforcer les acquis de la phase précédente en ciblant les résultats suivants:

  • 100 jeunes appuyés, encadrés et suivis pour la formation au niveau secondaire et professionnel
  • 14 entreprises familiales renforcées et 10 nouvelles entreprises familiales initiées
  • Formation de 30 jeunes comme promoteurs communautaires
  • 150 jeunes hommes et femmes développent des projets générateurs de sens et de revenus.

Activités prévues en 2010-2011

  • Formation pour le développement personnel
  • Qualification technique de travail
  • Appui aux micros-entreprises familiales
  • Appui à la recherche d’un emploi
  • Formation de promoteurs communautaires.

Haïti - APPEL

Insertion socioprofessionnelle des jeunes

Partenaire

APPEL (Association des parents et des professeurs d’école de Liancourt) est une association créée en 2000 et formée principalement de parents d’élèves et de professeurs qui entendent contribuer à l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans leur communauté.

Zone d’intervention

Commune de Liancourt, Département de l’Artibonite, Haïti.

Contexte

Depuis 2009, APPEL et AccEd collaborent dans le cadre d’un programme d’accompagnement scolaire et de formation professionnelle dans des métiers qui trouvent des débouchés au niveau local, qui participent à la valorisation de la production locale et à l’amélioration du niveau de vie des ménages (ateliers de production: ébénisterie, couture, artisanat, pâtisserie, construction; et prestation de services: cybercafé, garage mécanique, maçonnerie). Plus de 120 jeunes ont reçu leur diplôme depuis. Cette nouvelle phase a pour but d’insérer professionnellement les jeunes formés et d’augmenter la production locale afin de satisfaire les besoins de la population.

Bénéficiaires

250 jeunes âgés de 16 à 26 ans, avec une parité homme/femme, ayant déjà reçu une formation professionnelle à APPEL.

Objectifs du projet 2012-2014

  • Permettre à des jeunes d’accéder à des activités génératrices de revenus
  • Accompagner les jeunes formé-e-s dans le cadre du projet 2009-2011 dans leur recherche d’emploi et les aider à monter leur propre entreprise par l’octroi de microcrédits
  • Trouver des places d’apprentis pour les jeunes au sein des institutions pourvoyeuses d’emplois
  • Encourager les jeunes filles à intégrer des filières professionnelles traditionnellement réservées aux garçons en Haïti: mécanique, plomberie, électricité, ébénisterie, maçonnerie
  • Réduire la pauvreté des jeunes du milieu rural en rupture scolaire par l’apprentissage d’un métier et l’offre d’un emploi au sein du projet

Résultats escomptés 2012-2014

  • Création de micro-entreprises par les jeunes
  • Réduction du taux de chômage
  • Renforcement de la production de biens et de services par les jeunes
  • Commercialisation des produits pour les jeunes
  • Réduction de la pauvreté
  • Réduction des disparités hommes-femmes, notamment chez les 16-26 ans
  • Renforcement du sentiment d’estime de soi chez les jeunes
  • Renforcement institutionnel d’APPEL.
top
ligne
2019 © AccEd @webmaster
degd
degcoind